Conférence : Pour une critique globale de la technique

Le Mardi 14 Mai 2019 de 19H à 21H par Association pour la promotion du débat citoyen
Palais du Travail - au service des syndicats et de la citoyenneté

Sous titre : Le bluff nucléaire et le prétexte climatique

Palais du travail – (Salle Agora – Rdch) – 9, place Lazare-Goujon – 69100 Villeurbanne – Participation libre

Avec Jean-Luc Pasquinet, porte-parole des objecteurs de croissance Ile-de-France, auteur de “Relocaliser pour une société démocratique et antiproductiviste

Présentation : Pourquoi faut-il passer d’une critique partielle à une critique globale de la technique et qu’est-ce que cela signifie ? Cette conférence traitera notamment du “bluff nucléaire”, c’est à dire des impasses dans lesquelles il nous a amené, et surtout des fantasmes quant à son arrêt. Elle abordera également la question climatique afin d’expliquer pourquoi le nucléaire ne peut pas constituer une solution, eu égard à sa marginalité dans le mix énergétique mondial (à peine 2 % de la consommation finale d’énergie). On pourrait en effet le remplacer par des centrales fossiles sans que cela ait un impact significatif sur la destruction du climat, la cause de celle-ci résidant plus dans une culture de la démesure, dans le pétrole et son monde.

On ne pourra pas résoudre le problème climatique uniquement avec des mesures techniques (fermeture des centrales thermiques fossiles par exemple, comme l’ont fait les gouvernements en France, pays- hôte de la COP21 en 2015, et où  pourtant les émissions de CO2 ont crû de 6,8 % entre 2015 et  2017), mais d’abord en changeant de civilisation : décroissance, sobriété, relocalisation, culture  s’inspirant des « cultures de flux » dominées par le vent et le soleil et où l’on acceptait les «interruptions » de production quand il n’y avait pas de vent. N’oublions jamais qu’il n’existe pas aujourd’hui de moyens sûrs, fiables et reproductibles pour stocker l’électricité et qu’il nous faudra faire coexister du renouvelable « fiable » (barrages, biomasse, peut-être éolien maritime ?…) et du renouvelable « non-fiable » (éolien terrestre et solaire notamment), avec aussi un peu de thermique fossile, pour produire notre électricité dans une société post-crise climatique


Conférence : Pour une critique globale de la technique